www.trantiendiet.com

Regarder les vidéos associées

Photo du Chef Caroline LAURENT
Vous êtes nombreux à me demander des recettes, aussi j'ai demandé à Caroline LAURENT, un grand Chef, très créative, de vous créer des recettes.
Découvrez les en cliquant ici.

Régime et indice glycémique

L’ingestion d’un glucide ou sucre entraîne une élévation de la glycémie, c’est-à-dire du taux de glucose dans le sang. Cette augmentation de la glycémie peut être plus ou moins importante, plus ou moins rapide selon la nature du sucre ingéré et dépend évidemment de l’insuline.

Cette notion, découverte au début des années 80 pour aider les diabétiques dans leur choix des aliments, donne naissance à une nouvelle classification des glucides.

On parle désormais d’index ou d’indice glycémique plutôt que de sucres rapides ou sucres lents.

Ainsi sont classés tous les glucides selon une échelle allant de 1 à 100, 100 étant l’indice glycémique du glucose.

Un sucre qui possède un indice glycémique élevé, est un sucre qui a un pouvoir hyperglycémiant important et inversement.

Aujourd’hui, pratiquement tous les régimes amaigrissants sont basés sur cette notion d’index glycémique, ce qui est, à mon avis, tout à fait logique.

Le régime d’épargne protéiné, tel que je le préconise, suit entièrement cette logique, c’est même le régime qui présente l’indice glycémique le plus faible. Et de ce fait, c’est aussi le régime le plus efficace.

Toutefois, j’émets une petite réserve sur une approche basée sur la seule notion de l’indice glycémique car elle ne tient pas compte, une fois de plus, du terrain de l’individu.

La définition et la classification des indices glycémiques sont fondées seulement sur la nature des aliments, mais ne tiennent pas compte de la réaction différente de chaque personne face à ce même aliment.

Par exemple, vous et moi mangeons la même tablette de chocolat, votre pancréas et le mien ne vont pas réagir exactement de la même façon. Et cette tablette de chocolat n’aura pas forcément le même impact sur votre poids et sur le mien.

Si bien que, dans le doute, je persiste à préconiser la réduction maximale des glucides dans la phase active d’amaigrissement. Ce n’est que pour la rééducation alimentaire, pendant la phase de maintien, après la perte de poids, que le choix des aliments en fonction de leur indice glycémique est crucial.